DIY – Bricolage – Travaux

Tout savoir sur les différents types de parquet

Il est important de bien connaitre les différents types de parquet et les avantages qu’ils offrent. Ainsi, pour un parquet élégant, robuste et qui donne de la chaleur, optez pour un parquet massif. Pour une qualité esthétique alliant mode de posage simple et prix intermédiaire, le parquet contrecollé est conseillé. Le revêtement de sol stratifié est économique et facile d’entretien pour ceux qui recherchent la simplicité. Faites votre choix !

Le parquet massif :

Constitué d’une seule essence de bois, il vous donnera toutes les qualités d’élégance, de chaleur et de robustesse.

L’épaisseur des lames varie de 20 à 23 mm, autant de réserve qui lui permettra de résister aux ponçages, d’où une longévité exceptionnelle.
Le bois massif est traditionnellement cloué sur des lambourdes, mais les essences plus tendres devront être collées.
On trouve également aujourd’hui des parquets plus minces, de 10 à 16 mm d’épaisseur, à coller.
Le parquet massif est le choix roi, le plus cher (comptez en moyenne de 50 à 120 € le m2) et le plus technique en cas de pose clouée sur lambourdes. Il est le plus souvent demandé dans des travaux de rénovation, quand il s’agit de réparer un parquet déjà posé.

Le parquet contrecollé :

De 8 à 16 mm d’épaisseur, il se compose de 3 couches superposées, dont seule celle en surface est constituée de bois massif :
− la couche d’usure, appelée aussi « parement », est la couche supérieure, constituée d’une seule essence de bois. Son épaisseur, de 2 à 6 mm, détermine la résistance du parquet, en fonction du nombre de ponçages qu’elle autorise ;
− l’âme est la couche intermédiaire (en bois latté, panneau aggloméré, contreplaqué ou panneaux de particules). C’est la partie la plus épaisse du parquet, celle qui lui donne sa rigidité ;
− le contreparement, la couche inférieure, assure une très bonne stabilité de l’ensemble sur le sol.
Avec le parquet contrecollé, on peut choisir (selon l’épaisseur) entre pose collée et pose flottante.
Ce type de parquet représente le meilleur consensus, alliant confort de marche et qualité esthétique du bois, avec un prix intermédiaire (entre 40 et 100 € le m2) et un mode de pose simple.

Le revêtement de sol stratifié :

Appelé abusivement « parquet stratifié », c’est un matériau composite qui imite l’aspect du bois.
Il superpose :
− une couche d’usure, constituée de feuilles imprégnées de résine ;
− une feuille de décor imitant l’essence de bois choisie ;
− une âme centrale en fibres de haute ou moyenne densité (HDF ou MDF) ;
− un contreparement, avec éventuellement une sous-couche isolante collée au dos de la lame pour le confort acoustique.

Le revêtement de sol stratifié peut être posé en mode collé ou flottant. Très résistant, économique (de 10 à 35 € le m2), facile d’entretien, c’est la solution pour qui recherche avant tout la simplicité.

Assemblage des lames de parquet :

Les planches usinées sont munies de rainures et de languettes qui permettent leur emboîtement.
Les lames peuvent être maintenues entre elles :
− soit par collage ;
− soit par un système de clips : c’est le plus facile et le plus rapide ? Cette technique présente en outre l’avantage d’être démontable sans dommages.

Carnet du pro :

Avec une couche d’usure de 2,5 mm, vous en avez déjà pour 30 ans !

Le saviez vous ?

L’appellation « parquet » est réservée légalement aux revêtements qui comportent une couche supérieure de bois véritable d’au moins 2,5 mm.

Crédit photo : Saint Maclou

A lire aussi

Laisser un commentaire